.
 

Partagez | 
 

 hold me tight

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: hold me tight   Sam 25 Fév - 0:39


   maxine blackwood
   ash and dust

   
âge/lieu de naissance : Elle est née ici, un 24 décembre, il y a dix huit ans pile. origines : Elle est américaine et possède apparemment des origines italiennes par son grand-père. emploi : elle vient de finir le lycée et se prépare à aller à l'université pour y étudier la psychologie. Du moins, c'était encore le cas il y a deux mois: aujourd'hui elle n'est plus sûre de rien. situation amoureuse/orientation sexuelle : Maxine est hétérosexuelle. Quand à sa vie amoureuse...Et bien disons que c'est le bordel... caractère intelligente, douce, souriante, drôle, timide, maladroite, têtue, rancunière, sensible, forte, caractérielle, studieuse. groupe tears and gold

   
01. Elle a cette manie de baisser le regard. Elle n'aime pas regarder les gens dans les yeux trop longtemps, trouvant ça impoli. Du coup, beaucoup la pensent plus faible qu'elle ne l'est en réalité. 02. Elle est allergique aux piqures d'abeilles: heureusement qu'elle n'a pas souvent l'occasion d'en croiser en pleine Manhattan! 03. Elle voudrait être psychologue pour enfants, et s'est mis cette idée dans la tête il y a des années. Elle pense que les enfants ont plus de chances de s'en sortir dans la vie si ils voient leur problèmes être réglés tôt, et surtout pour leurs prouver qu'ils sont entendus malgré leur jeune âge. 04. Elle a une peur panique des requins. Ne lui demandez pas pourquoi, sachant qu'elle n'en a jamais croisé un: mais c'est juste leur apparence qui l'effraie, et elle n'y peut rien. 05. Elle possède une collection impressionnante de livres. Surtout des vieilles éditions que lui ont légué ses grands-parents, eux même passionnés. 06. Petite, elle a pratiqué pas mal de sport, comme la danse classique ou l'équitation. Maintenant, elle se contente d'aller à la salle de sport pour se maintenir en forme. 07. C'est une éternelle romantique. Les romans à l'eau de rose ont eu raison d'elle il y a longtemps déjà, finalement...Dommage que la vie ne soit malheureusement pas un roman. 08. Elle ne tient pas l'alcool: surtout parce qu'elle ne boit jamais, alors elle n'y est pas habituée. 09. Elle est accro à la caféine et pourrait passer sa vie au Starbucks si elle pouvait. 10. De sa vie, elle n'a couché avec un garçon qu'une seule et une unique fois, il y a un peu plus d'un mois. Et elle n'en a que de vague souvenirs, justement parce qu'elle avait bu et que du coup, tout est flou. Le bébé qu'elle attend par contre, est on ne peut plus réel. 11. Elle est issue d'une famille riche et ses parents ont toujours été très conservateurs et surtout, toujours sur son dos.

   

   it feels better than love
   Je ne sais pas vraiment si c'est le mal de tête ou encore la nausée qui me réveille. A moins que ce ne soit les rayons du soleil, baignant ma chambre d'une forte lumière. Fébrile, je pose une main sur mon front tout en me redressant. Une fois de plus ma tête tourne encore, et ma bouche est pâteuse. Et là, des flash d'hier soir me viennent soudainement en tête: Jenny qui me persuade de faire le mur et qui m'entraîne à une fête. Jenny et moi en train de danser. Jenny qui me tend un verre, puis deux, puis trois. Moi, finalement seule. Une voix, qui me demande comment je trouve la soirée. Des yeux noisettes et le sourire de James Dean. Un baiser, une chambre, un lit...Oh, mon dieu! Surprise et à deux doigts de vomir, je tourne la tête: merde. Merde, merde, merde! Mes mains se mettent à trembler alors que je dévisage le garçon encore allongé de tout son long à coté de moi. Son visage me fait face, mais il est toujours profondément endormi: et c'est tant mieux! Grimaçant, je me penche pour attraper mes sous vêtement qui sont encore au sol, et suis obligée de me lever pour aller chercher le reste. Encore trop hébétée pour ressentir quoi que ce soit, je m'habille le plus silencieusement possible avant de me regarder dans le premier miroir sur lequel je tombe. Dans la chambre de qui est-ce qu'on est? L'idée seule d'avoir couché avec un inconnu dans le lit de quelqu'un d'autre me donne envie de vomir. Mes yeux me brûlent, ma gorge se serre. J'essaie de me souvenirs des détails, mais tout est flou. Je ne sais pas si je serais capable de me rappeler de ma première fois, c'est juste trop...Je secoue la tête pour éviter de trop penser, attrape mon téléphone ainsi que mon sac: j'ai plus d'une dizaine d'appels manqués, tous de ma meilleure amie. Sans compter les sms. Tous me posent les mêmes questions: "où es-tu?" "est-ce que tu vas bien?" "réponds moi, bordel!". Seul le dernier change. "Je t'ai couverte, officiellement pour tes parents, t'es à la maison! Putain t'as intérêt à vite me donner des nouvelles sinon je t'étrangle!" Jenny doit se faire tellement de soucis. Je pose une main sur la poignée de la porte, prête à partir: mais avant, je risque un dernier regard vers le lit. Vers lui, qui dort encore. Qu'est-ce que je suis censée faire, exactement? Partir? Le réveiller? Laisser mon numéro? Prendre la décision me prend une bonne grosse minute et finalement, je pousse la porte et la referme doucement derrière moi. Je le laisse et avec lui, tous mes souvenirs de cette soirée.

*** ***

"Max, tu es sûre que ça va?" Penchée vers la cuvette des toilettes, à genoux sur le sol, j'attrape le mouchoir qu'elle me tend et essuie ma bouche. Rien que le goût acide me donne encore envie de vomir, mais je prend une profonde inspiration pour empêcher cette nouvelle vague d'arriver. Max grimace tout en tenant mes cheveux. "Tu as dû choper un sale virus. Tu es malade depuis plusieurs jours...Peut-être que tu devrais en parler à tes parents et aller consulter un médecin." Je secoue la tête avant de me relever. Prestement, elle imite mon geste et lâche prudemment ma tignasse. "Ça va aller. Mes parents sont partis à une conférence de toute façon, ils ne seront rentrés que dans deux jours. Je vais aller chez le médecin toute seule." Je tire la chasse, sort un parfum de mon sac, en vaporise une certaine quantité autour de nous et me dirige vers les lavabos. "Tu veux que je vienne avec toi?" Mes sourcils se froncent. "Je croyais que tu avais entrainement ce soir." Jenny fait de la danse depuis petite. Nous nous sommes rencontrés là bas d'ailleurs, à l'âge de quatre ans. Sauf que moi j'ai arrêté six ans plus tard, et qu'elle a continué. "Oui, mais je peux toujours annuler et dire que je suis malade." Je souris, heureuse de voir son dévouement envers moi et avale une gorgée d'eau fraiche. "Merci, mais ça va aller. De toute façon le docteur me dira que j'ai une gastro et me demandera de me reposer en me gavant d'antibiotiques: le truc pas du tout sexy, quoi. Je préfère largement que tu ailles à ton entraînement." Elle ouvre la bouche pour me répondre, mais la cloche sonne. Je souris. "Ne te crois pas sauvée, Blackwood! On en reparlera!" J'éclate de rire et sort la première, me sentant déjà mieux. Enfin, mieux est un grand mot, parce qu'en vérité, je m'inquiète...C'est vrai que ça fait plusieurs jours que je suis malade, mais je n'ai pas de fièvre, pas de frissons, pas de crampes. Juste des nausées et la tête qui tourne. Ça ne ressemble à aucune des maladies que je connais, et c'est ce qui m'inquiète le plus.

*** ***

"Écoutez, n'hésitez pas à m'appeler si vous avez besoin de quoi que ce soit, d'accord Maxine? Il est important que vous ne soyez pas seule, surtout maintenant." Dans un état second, j'hoche la tête et serre la main que me tend mon médecin. Comme je suis assez âgée, il ne dira rien à mes parents. Dieu merci. Les larmes brûlant mes yeux, je sors précipitamment du cabinet et décide de rentrer chez moi à pieds: peu importe si ça me met plus d'une demie heure pour ça. Tout en marchant, je lutte contre la nausée, et surtout contre l'envie de me jeter sous un bus. Ma vie est officiellement terminée. Mes yeux se baissent machinalement sur mon ventre que je fusille du regard. "Tout ça, c'est de ta faute.", murmurais-je avant de passer une main dans mes cheveux. Non, c'est pas vrai. Ce n'est pas de sa faute. C'est de la mienne, parce que c'est moi qui ait accepté de sortir, moi qui ait bien voulu boire. Moi qui ait couché avec un type que je ne connais pas. Le fait que la capote ait craqué, ça c'est la faute à pas de chance. C'est arrivé, c'est tout. Mais dans le fond, je suis la seule à blâmer. Dans mon sac, les papiers et autres documentations sont mélangées: pour l'adoption, pour l'avortement...ou pour apprendre à être parent alors qu'on est adolescent. Une peur panique me prends finalement aux tripes. Je suis enceinte. C'est réel. Personne sauf moi n'est encore au courant et j'ai un peu de temps pour prendre ma décision, mais le médecin m'a conseillé d'en parler au père. Sauf que je ne connais même pas son prénom: ou si je l'ai su, je n'en ai pas de souvenirs. Une fois chez moi, je me jette sur mon lit et remercie le ciel que mes parents soient loin. Ils n'assistent donc pas au pitoyable spectacle de ma déchéance. Et étrangement, ce n'est pas la grossesse qui me fait le plus peur: c'est leur réaction. Ils vont vouloir que je m'en débarrasse, je le sais. Mais ce n'est pas à moi seule de prendre la décision. Je me met alors en position assise et attrape mon ordinateur. Je passe ensuite les prochaines heures à chercher sur les réseaux sociaux des photos de cette fameuse soirée, espérant tomber sur un cliché de lui où son nom pourrait apparaitre.

Et j'ai trouvé.

*** ***

On dit que l'amour d'un parent envers son enfant est immense. Infini et indéfectible. C'est pour ça que je n'ai jamais compris comment ces adolescents faisant leur coming out par exemple, finissaient à la rue. Pourtant leurs parents devaient les aimer, c'était évident. Pendant longtemps je me suis demandée si les gens en question n'étaient pas partis de leur plein gré, laissant simplement du temps à leur parents de s'habituer à la nouvelle situation de leur enfant. Aujourd'hui, je crois que je comprends à quel point cette situation peut être réelle. Ce n'est pas qu'une invention, ou qu'un simple passage assez dur dans une vie. Des parents jettent vraiment leurs enfants dehors. Mes parents m'ont jetée dehors. Deux semaines sont passées depuis que j'ai appris pour ma grossesse et j'ai longtemps hésité avant de faire quoi que ce soit. Je voulais prendre ma propre décision, sans avoir personne pour m'influencer. J'ai pesé les pour, les contre. Je n'ai pas encore contacté Jem, le père, non plus. Et au final, j'ai décidé de le garder. De me laisser une chance, au moins d'aller au bout de ma grossesse et de décider ensuite. En tout cas, l'avortement a été définitivement rayé de ma liste. Puis j'ai décidé de tout dire à mes parents, parce que je ne leur avait jamais rien caché. Leur réaction a été...étrange. D'abord, ils ont ri. Puis il y a eu un gros silence gênant et effrayant. Mon père a été le premier à littéralement exploser de colère, et ma mère l'a suivie quelques secondes après. Il y a eu des cris, des questions mal posées et des larmes. Une énorme dispute, aussi. Et un ultimatum: je devais faire "disparaitre" cet enfant le plus rapidement possible ou prendre la porte. A cet instant précis, bien que j'avais déjà pris ma décision concernant l'enfant, l'ultimatum posé par ma mère m'as confortée dans l'idée que je faisais le bon choix. Si eux n'étaient pas capables de m'aimer assez pour accepter, alors ils ne méritaient pas tout ça. Et moi non plus, je ne méritais certainement pas les mots blessants, les regards dégoûtés. Des parents comme ça, je n'en voulais pas.
Alors j'ai bouclé ma valise en prenant le strict minimum. J'ai également laissé mon ordinateur, mais ait gardé mon téléphone au cas où. Puis j'ai quitté la maison en leur disant au revoir, mais n'obtenant aucune réponse: je n'en attendais pas de toute manière.

Donc me voilà dans la rue. La nuit est tombée il y a déjà au moins une heure, mais ça n'empêche pas les gens d'être encore dehors. Je fais signe à un taxi et grimpe tout en donnant une adresse. Je sais exactement où je veux me rendre, même si je ne sais pas si c'est l'idée du siècle. Le trajet ne prend pas si longtemps que ça et une fois au bas de l'immeuble, je sent mon coeur s'accélérer. Qu'est-ce que je risque, finalement? Je viens d'être abandonnée par mes propres parents; je ne suis plus à ça près, je pense. Alors je grimpe courageusement les quelques étages et regarde tous les noms, à toutes les portes. Finalement je tombe sur le bon et m'arrête: Jem Brooks vit apparemment bien ici. Puis, alors que l'angoisse me paralyse, je prends une profonde inspiration et sonne à la porte.



   
pseudo : spf. région/pays : france. personnage inventé/lien : inventé   . commentaire :     .  
   
Code:
<aa>natalia dyer</aa> | maxine blackwood


Dernière édition par Maxine Blackwood le Dim 26 Fév - 11:38, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: hold me tight   Sam 25 Fév - 0:42

Bienvenue ma belle :)
Revenir en haut Aller en bas
- give me something unfamiliar -
avatar

posts : 118
âge : thirty years old
statut civil : in relationship with his foolishness
adresse : williamsburg

my diary
disponibilité rp : open 3/3
mes amis, mes amours, mes emmerdes:

MessageSujet: Re: hold me tight   Sam 25 Fév - 0:45

NATALIA BORDEL je l'aime trop dans stranger things (j'aime trop cette série en même temps )

bienvenue sur le forum je viendrais quémander un lien bon courage pour ta fiche et si besoin n'hésite pas

je te la réserve pour deux jours

_________________
And drunk we set the world to rise, As we fell and hit our heads upon the curb, You make me laugh until I die, Can you think of any better way to choke?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rollingstone.forumactif.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: hold me tight   Sam 25 Fév - 1:05

Merci vous deux!

Stranger Things, c'est la vie!
Je te garde un lien au chaud, Loki
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: hold me tight   Sam 25 Fév - 13:35

Bienvenuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu parmi nous ma belle
Bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: hold me tight   Sam 25 Fév - 19:05

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: hold me tight   

Revenir en haut Aller en bas
 

hold me tight

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hold you tight, make you mine. - Zoé&Julian
» Don't ask : I just need you to hold me tight [Livre 1 - Terminé]
» Fatal 4 Way - 20 juin 2010 (Résultats)
» Amore Vita - Conad ----- Objectivement Hold'up tente de manager cette équipe
» L'écureuil par Hold'up - Pas d'allemand pour Milram, Pas de Russe pour Katusha

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
rolling stone :: before the real beginning :: Data base-